Voyage en Patagonie, 7 sites naturels à ne pas manquer !

J’ai eu la chance de pouvoir effectuer un voyage en Patagonie de 6 semaines, entre océan Atlantique et Cordillère des Andes. Je vous présente dans cet article les 7 sites naturels qui m’ont le plus marqués.

Délimitée au nord par le río Colorado et au sud par le cap Horn, la Patagonie est une région qui fascine, loin de se limiter à la Terre de Feu. Elle s’étend sur 1 140 532 km², soit presque la moitié de la superficie totale de l’Argentine et deux fois celle de la France.
Elle est constituée de cinq provinces argentines et cinq régions chiliennes. Son économie repose sur l’élevage, le pétrole et gaz naturel, la pêche et le tourisme et c’est l’une des régions les moins habitées au monde (densité de 4 habitants/km²).

Voyage Patagonie guanaco

Voyage EN PATAGONIE, en bref

  • La meilleure saison : de octobre à février (printemps/été) pour éviter les températures glaciales hivernales.

  • Les formalités
    • Passeport en cours de validité
    , pas de visa pour un séjour < 3 mois.
    • Aucune vaccination obligatoire (fièvre jaune recommandée).

  • Durée du voyage
    • Pas de vol direct. Compter environ 20 heures de voyage en passant par Buenos Aires.

    • Décalage horaire – 5h en été, – 4h en
    hiver.

  • Langue officielle : espagnol.

  • Ne pas oublier : jumelles, vêtements chauds (même en été austral, le vent froid est omniprésent près de la Cordillère) et chaussures outdoor de qualité.

Si vous êtes baroudeurs, la Patagonie est faite pour vous. La région a en effet bien compris cette quête de liberté et de grands espaces recherchée par de nombreux visiteurs et propose de nombreux services leur facilitant la vie (bus, navettes depuis les aéroports, auberges de jeunesse, accès wifi, etc…).

Des agences locales permettent de bénéficier d’un accompagnement adapté, quelle que soit l’activité choisie (trekking, observation de la faune, trekking, alpinisme,…).

Certaines agences proposent également un voyage en Patagonie 100% personnalisé.

Voyage en Patagonie,
Mes 6 Sites naturels coups de cœur

Table des matières

Ushuaïa, la Terre du bout du Monde

Ushuaïa, le nom à lui seul évoque une contrée lointaine, longtemps inexplorée et qui, bien que devenue accessible à tous, préserve son aspect sauvage et insolite. Il règne sur ce territoire le plus austral du monde un parfum d’éloignement absolu.

Les îles désertes du canal de Beagle ne sont peuplées que d’oies sauvages, de cormorans et de morses endormis. Le bruit du vent recouvre celui des quelques activités humaines. Peu de visiteurs auront la chance de poursuivre leur route vers l’Antarctique, seulement à mille kilomètres d’Ushuaïa, mais tous en auront l’envie, comme attirés par ce bout du monde glacière.

Le Détroit de Magellan

Situé au Chili, le détroit de Magellan sépare la Terre de Feu du continent Américain.

Situation géographique insolite, l’Argentine est séparée en deux par le Chili. Impossible en effet d’atteindre Ushuaïa sans traverser le territoire chilien. Heureusement, pas besoin de visa pour entrer dans ces pays et l’on peut passer de l’un à l’autre à volonté, ce qui est bien confortable quand on a pour projet de remonter la Cordillère des Andes.

Les manifestants chiliens profitent de la position stratégique de ce détroit par lequel transitent de nombreux touristes et marchandises et il est souvent la cible des grévistes, paralysant ainsi la région chilienne de Magallanes et le transit vers la pointe australe argentine.

Pour les européens, Magellan rime avec grandes découvertes, expédition et aventure. Traverser ce détroit est comme un hommage respectueux à ce premier tour du mond’iste !

Le Parc National Torres del Paine

Plus de 2400 km² de nature sauvage sans véhicule ni commerce, sans eau courante ni électricité…
Partir en trek dans le parc Torres del Paine est un retour aux sources, où la beauté des lieux et la force des éléments éveillent les sens sur des sentiers entre pics rocheux, lacs, forêts et glaciers.

Le territoire austral chilien est constitué de centaines de petites îles, balayées par les courants froids de l’océan pacifique et par des vents violents. Bien que situé au niveau de la mer, de nombreux glaciers s’y forment.
Le climat peut varier soudainement et une journée dans le parc est souvent accompagnée de soleil, de chaleur, de pluie et de froid. Le seul élément constant est le vent, toujours fidèle et parfois affolant. Les étapes nécessitent de 4h à 8h de marche et bien que la majorité des randonneurs effectuent le même itinéraire, les possibilités restent diverses et les sentiers peu encombrés.
Les campamientos sont sommaires mais permettent de planter la tente sur un terrain plat et abrité et de partager ses émotions autour d’un feu. Ceux du Glacier Grey et de Las Carteras sont incontournables : le premier pour la nuit au bord du glacier, le second pour son isolement total.

Le Glacier Perito Moreno

Confidence de voyageurs croisés à El Calafate, à la veille de mon expédition vers le mythique glacier : « Le glacier Perito Moreno, pas pour nous. C’est une arnaque à touristes et des glaciers, on en a déjà vu ! ». Me voilà prévenue. Mais comme je ne conçois pas un voyage en Patagonie sans passer par Ushuaïa, je ne le conçois pas non plus sans approcher le Perito Moreno. Bien m’en a pris !

Le Perito Moreno fait partie de la 3ème surface glaciaire au Monde, après l’Antarctique et le Groenland. Il est l’un des nombreux glaciers du Parc de los Glaciares et le plus visité d’Argentine.
Le front du glacier fait approximativement 5 000 mètres de long, la hauteur de glace est de 170 mètres, dont 74 mètres émergés. D’une surface de 280 km², il avance d’environ deux mètres par jour et son épaisseur peut atteindre 700 mètres. Mais ces chiffres ne sont qu’une mise en bouche face à l’émerveillement suscité quand on s’en approche, gigantesque mur duquel se détachent d’immenses blocs de glace. Une exploration plus intime s’impose. Chaussé de crampons, le visiteur peut s’aventurer dans les entrailles du glacier, parmi les crevasses et les grottes, dans un monde surréaliste et d’une immense beauté.

Le Fitz Roy

350 habitants, 450 mètres d’altitude, le village d’El Chaltén doit sa renommée aux sommets qui l’entourent, buts et rêves de nombreux grimpeurs.

La première ascension du Fitz Roy fut réalisée par 2 français en 1952.
Plus haute montagne de Patagonie (3405 mètres), elle est enneigée toute l’année et souvent cachée par les nuages, d’où le nom que lui ont attribué les indiens telhueches : El Chaltén (la montagne qui fume).
Le Cerro Torre (3102m) est, lui, connu lui pour la difficulté technique de son ascension.

Même si leur escalade est réservée aux grimpeurs aguerris et préparés, plusieurs sentiers de randonnée permettent de s’en approcher et de les contempler. Ici encore, c’est le caractère sauvage et vierge qui séduit et qui perdure, malgré l’accroissement du nombre de visiteurs.

La Péninsule Valdès

Changement de décor au cours de ce voyage en Patagonie : direction la péninsule Valdès située sur la côte atlantique de l’Argentine. Le vent reste présent mais les glaciers ont disparu et il y fait chaud. Puerto Madryn ressemble à n’importe quelle autre ville balnéaire, si ce n’est que l’on y croise des lions de mer en se promenant sur la jetée.

Une grande partie de la faune patagonne vit sur la péninsule de Valdès, dans un décor de fossiles, falaises de sable et eaux cristallines : lions et éléphants de mer, pingouins de Magellan, guanacos, zorros (renards gris), tatous… C’est également un lieu privilégié d’observation des baleines entre septembre et novembre.

Les eaux transparentes du Golfo Nuevo sont idéales pour la plongée. Passer une nuit à Punta Pirámides, seul village de la péninsule, et s’offrir une immersion avec les otaries et lions de mer, est un moment privilégié à ne pas rater, malgré une eau qui ne dépasse pas 18°C en été.
200 km plus au Sud, à Punta Tombo (réserve depuis 1982), vit l’une des principales colonies continentales de manchot de Magellan.

Le Parc National Los Arrayanes

La rumeur affirme que c’est dans le parc national de Los Arrayanes, à proximité de Villa Angostura, que Walt Disney trouva l’inspiration pour les décors de son dessin animé Bambi.
Il est vrai qu’une promenade dans le parc offre un air de déjà vu, forêt d’arbres colorés, joyeux et insolites. Chaque arbre est unique, les troncs et les branches rougeâtres se tordant à leur bon vouloir vers la lumière, s’enchevêtrant parfois pour ne former plus qu’un. Pas de Bambi à l’horizon mais une ambiance très particulière à découvrir.

On y accède par el camino de los 7 lagos, qui relie la ville de San Martin de Los Andes à celle de Villa Angostura. 110 km de route proposant des panoramas remarquables sur les plus beaux lacs de Patagonie.
Le parcours se prolonge ensuite jusque la ville de San Carlos de Bariloche pour compléter ce break enchanteur dans une région surnommée la « Suisse Argentine », réputée pour ses paysages de lacs et de montagnes, ses chocolats et ses concours de pêche.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge